16.B. Les apports aux acteurs

16.B. Apport possible au CNFPT et à l’AITF :

16.B.1. Spécialiste ou généraliste ?

Le travail réalisé se veut être « l’union de l’imagination et du sens commun pour freiner l’ardeur des spécialistes et stimuler leur imagination »[1] Il n’y a pas d’ingénieurs des villes et d’ingénieurs des champs. Il n’y a pas non plus d’ingénieurs spécialistes à la base et généralistes en haut de l’échelle hiérarchique. L’ingénieur des petites villes est paradoxalement à la base et généraliste. Il est un « fantassin de la fonction publique » (Calame, Mission possible, L’État et le meccano de la gouvernance, 1992). S’il est un spécialiste, c’est d’abord dans quelque domaine que ce soit de savoir faire des propositions à partir de potentialités des situations, puis de participer à la décision, et de mettre en œuvre les choix. Tout le monde sera d’accord là-dessus. Cette simple phrase vient de conjuguer les cinq éléments principaux de la dynamique : les propositions sont la 3ème phase de la concrescence, les potentialités la deuxième, les situations la première, la décision la quatrième, et la mise en œuvre, la satisfaction la cinquième. La phrase pourrait être formulée ainsi : l’ingénieur appréhende la situation, analyse les potentialités (ou possibilités), fait des propositions, participe aux choix, et les met en œuvre pour la satisfaction de tous. Cette phrase pourrait se mettre sous la forme du schéma de concrescence.

Avec un esprit d’observation même superficiel, il est possible de constater que nos paroles, nos écrits, les écrits des journaux, des dossiers sont remplis de ces enchaînements de pensée qui conjuguent les cinq réalités de la dynamique (catégories d’existence [2]). La manière de les conjuguer sont décrites par les catégories d’obligation. Les explications donnent d’ailleurs les … catégories d’explication. C’est d’ailleurs tellement fréquent que cela apparaît presque trop simple, trop « évident », pas assez sophistiqué, pas assez « savant ». Beaucoup de travaux universitaires cherchent pour « respecter le niveau », « être au niveau », à obtenir un niveau de complexité qui embarrasse le lecteur. La pensée de Whitehead est fondamentalement simple et « évidente ». Mais elle oblige à désapprendre, et à observer le quotidien : nos phrases ordinaires. Chaque catégorie d’existence et chaque catégorie d’obligation conjuguent des termes du quotidien. Le travail de repérage a été noté et présenté en partie II pour le démontrer : même pour démontrer une pensée qui n’est pas forcément organique, ces mots sont utilisés pour se faire comprendre. Michel Lussault constatait dés l’introduction de son bel ouvrage L’homme spatial une « certaine opacité » de l’évidence, et la difficulté de l’analyse des choses les plus simples et ordinaires. C’est cet ordinaire qui demande à être pensé, mais c’est difficile, car c’est justement lui qui n’est jamais pensé, puisqu’il est « instinctif », qu’on le fait « sans y penser », et bien souvent, « on ne pense pas ce qu’on dit ». Ce qui sort naturellement est bien plus profond que ce qu’on pense, car la mémoire organismique est en action à travers le corps, et le corps restitue l’ensemble de l’expérience de l’homme qui parle. La parole vient des profondeurs. L’inconscient s’y profile à notre insu, et une attention particulière est nécessaire pour son repérage. C’est la mise en relation avec l’autre qui permet la mise en relation à soi-même.

Le tour de force que permet la pensée organique est de mettre l’évidence en démonstration.

16.B.2. La boîte à outils territoriale de l’ingénieur généraliste :

A l’issue de la présente thèse, le procès apparaît comme la pièce maîtresse de la boîte à outils de l’ingénieur territorial. C’est l’outil des outils. Chacun connaît la tendance, lorsqu’on possède un marteau, à tout transformer en clou, ou lorsqu’on possède un tournevis, à tout transformer en vis. En d’autres termes : l’outil oriente l’objet vers l’activité pour laquelle il est construit. Le procès est un outil d’analyse du réel, et son activité est de rendre compte du réel : il échappe à la « critique du marteau » dans la mesure où il ne se substitue jamais au réel. En effet, cela évite le concret mal placé, c’est-à-dire l’erreur de prendre l’abstraction pour le réel.

A Angers, lors d’une réunion de travail, le directeur des services techniques de la ville de Rochefort s’est exclamé, à la fin d’un exposé sur Procès et réalité : « C’est ça qu’il nous faut ! Il faut aller plus loin que les tableaux de bord ! ».

Cette thèse présente une application géographique à la notion de région conviviale. De multiples autres applications pourraient se joindre à la boîte à outils, en matière psychologique, sociologique, juridique, opérationnel, dans le sens de la pensée organique.

La principale application reste la notion de fiches d’expérience et la capacité d’écrire des fiches d’expérience, afin de permettre un échange d’expérience, une mutualisation et une capitalisation.

16.B.3. Créer un comité scientifique au sein de l’AITF en lien avec le CNFPT :

Les applications ne pourront pas être mises au point sans une équipe qui fasse un aller-retour permanent entre la pensée organique et les travaux thématiques des différents métiers territoriaux.

16.B.4. Recréer un concours d’ingénieurs généralistes :

Sur la base de l’outil présenté en partie II, un ensemble de notions peut être développé pour proposer une option généraliste qui conserve un caractère scientifique, tout en étant général.

16.C. Apport possible à PRH :

La pensée organique offre la possibilité d’une ouverture aux autres domaines que la seule psychologie : des travaux pluridisciplinaires avec l’outil PRH dans les domaines de la géographie, de la politique, … peuvent être entrepris.

16.D. Apport possible à l’association Hommes Femmes dans la Cité (H.F.C.) :

Bien consciente des défauts des démarches purement intellectuelles, l’Association HFC se méfie des travaux « cérébraux », plein d’idées non connectées au réel. Elle se méfie aussi de « l’idéal », qui fait décoller du réel. On le sent bien : le réel est la référence pour tout travail. C’est ce réel, dont les entités de base, les entités actuelles sont les « gouttes d’expérience » [3], qui est décrit par la pensée organique.

16.D.1. Conjuguer poésie et science ; une dimension universelle de l’outil :

La présente thèse universitaire a voulu relever le défi de faire une « thèse d’expérience », sans éluder les problèmes posés par l’expression de l’expérience, et son insertion dans un travail de recherche géographique. Ce défi global cachait en fait plusieurs « sous défis » :

  • Comment rendre compte de l’expérience en restant collé au vécu ? (chapitre 2)
  • Comment dépasser l’évidence du vécu pour en donner une interprétation ajustée, à la fois précise et globale, singulière et universelle, privée et publique, subjective et objective, pratique et théorique, poétique et scientifique ? (toute la partie II)
  • Comment retourner au réel pour en tirer des applications concrètes ?

Le point de départ est entièrement dans l’intuition de l’Association HFC que « C’est possible ». Fort de cette intuition, la dynamique de l’Atelier Hommes, Femmes dans la Cité et ses 5 réalités a été éprouvée dans de nombreuses réunions professionnelles et des Congrès de l’AITF Est (Lunéville 1999, Montbéliard 2001, Sarreguemines 2002, Colmar 2003, Perpignan 2004). C’est à force de confrontations incessantes, de brouillons de préparation de rencontres, de croquis faits à la hâte qu’une convergence de toutes les dynamiques a été mise en évidence autour des 5 mêmes réalités (valeurs, interactions, structure, objectif, vision).

Comment est-il possible qu’une même approche soit à la fois poétique et scientifique ? C’est possible parce qu’elle est ouverte : l’approche se fait en humilité face au réel, en ouverture face à TOUS les faits, en transparence face à l’évidence des faits et leur confrontation, avec la volonté d’aller jusqu’au bout et la détermination de prendre en compte toutes les découvertes[4]. L’approche organique n’est pas figée. Elle est remise en chantier en permanence. Les réalités d’expérience de base se comptent sur les doigts d’une main, et permettent une acuité de regard, une souplesse de l’intelligence, une analyse intuitive immédiate de l’expérience. Le procès est un « GPS de l’expérience ». En définitive, l’approche proposée est une « géographie intuitive de l’expérience ». Le procès est un outil de relation, de rapprochement de cultures différentes, de confrontation de convictions contrastées ; le procès assume la différence dans l’unité, permet de « distinguer en unissant »[5] .

16.D.2. Développer un outil du passage :

Le déchiffrage des passages vers une société conviviale (partie II, chapitre 13) est une contribution à la connaissance du monde d’aujourd’hui, et à la mise en place d’outils pour contribuer à la transformation de la société dans le sens de la convivialité.

D’autre part, cet outil (le procès) permet de contribuer à l’unité des différents ateliers de déchiffrage de l’expérience.

16.D.3. Contribuer au déchiffrage du système social de fondation (ou ingénierie institutionnelle) :

L’approche processive, intuitive, permet de rendre compte du rôle des intuitions et des envisagements dans la formation et la transformation du réel. La dimension spirituelle est en effet assumée dans la réalité d’expérience des potentialités d’une part, et dans la liberté des décisions[6] d’autre part.

16.D.4. Apprendre à écrire des gouttes d’expérience :

Le déchiffrage de l’expérience proposé souhaite être une contribution pour une pédagogie d’écriture des gouttes d’expérience. L’approche est appliquée ici en géographie. Elle peut tout aussi bien être appliquée à la neurophysiologie, à la médecine, à l’artisanat, à l’animation associative et à tout autre métier. Un métier est une activité basée sur l’expérience. Un métier est la capacité d’apporter une réponse à un problème posé, de façon efficace. Un métier conjugue les cinq réalités d’expérience de base, même si le processus n’est pas conscient. L’évidence empêche souvent de trouver les mots justes. Peu importe : quand l’évidence n’est pas là, le procès permet d’y mener, avant de s’effacer face à l’évidence qui naît. Le procès est le 12ème chameau, de la fable du Bédouin, placée en exergue de la partie II …

16.D.5. Dépasser la seule dimension psycho-sociologique pour s’ouvrir au territoire :

Le territoire est un système de relations. La dynamique générale sous-jacente aux dynamiques politiques, d’organisation et de citoyenneté est la même que celle qui constitue le territoire. Régis Debray explique « Il n’y a pas de peuple sans territoire ».

16.E. Apport possible à la Fondation pour le Progrès de l’Homme (F.P.H.):

16.E.1. Proposition d’un nouveau mode de pensée :

FPH appelle de ses vœux un nouveau mode de pensée. Les modes de pensée actuels (rationalisme, idéalisme ou matérialisme sur une base dualiste, c’est-à-dire séparant la matière et l’esprit) posent en effet de graves problèmes en créant des dichotomies dans la pensée, en fragmentant le savoir, en créant des cloisonnements entre les disciplines, etc.. Le mode de pensée organique peut surprendre à première lecture par son vocabulaire. Ne serait-ce pas « le prix à payer » pour sortir du dualisme ? Peut-on imaginer sortir du dualisme sans avoir une pensée qui fasse craquer nos mentalités rompues aux oppositions de toutes sortes, aux analyses disjonctives, et à un matérialisme qui se donne des allures de concret ? La pensée organique met en relation les éléments disparates de la vie quotidienne, il « réenchante » nos analyses, sans plus séparer l’élan poétique de l’élan scientifique. Pour cela, il est effectivement obligé de créer un nouveau vocabulaire, appuyé sur l’ancien (voir les principes de Crosby au chapitre 1.E.7.). Cela rend la lecture troublante, difficile, « flottante » entre un acquis dualiste auquel on tient malgré soi et un horizon non dualiste qui oblige à lâcher ses sécurités. La seule solution est de trouver ses exemples dans l’expérience, dans des faits de base personnels. La seule solution est de se constituer sa « bibliothèque de faits complets », de « faits concrets non dualistes ». L’insistance de la présente thèse sur la notion d’(ap)préhension a un but pédagogique : l’utilisation du verbe appréhender et du substantif appréhension concerne autant les faits dits « matériels » qu’« idéels » : on est donc en face d’une notion non dualiste du langage courant. La présentation en partie II, chapitre 7.C. attire l’attention sur cette notion du quotidien qui permet de construire (ou retrouver ?) un mode de pensée non dualiste. En géographie, la notion de territoire, de paysage, de lieu, etc. sont des notions non dualistes, sur lesquelles peut également s’appuyer ce nouveau mode de pensée. Le problème de vocabulaire se pose quand la notion rencontrée est dualiste (par exemple transcendant/immanent, particulier/universel, privé/public, objectif/subjectif, etc.). Dans ce cas, il a bien été nécessaire à l’auteur de la pensée organique soit de « prolonger» le sens des mots, soit d’utiliser des mots existants dans un sens nouveau, soit d’inventer des mots nouveaux. Le choix semble s’être fait suivant les critères déchiffrés par Crosby et cités ci-dessus. Un effort est nécessaire au départ. Ensuite, une fois « embarqué dans l’Aventure », une pensée personnelle se développe …

Les limites de la science actuelle et l’universalité du procès :

En définitive, le plus important est la notion d’(ap)préhension négative et d’(ap)préhension positive. Nulle compréhension n’est possible sans tracer des liens, et l’intelligence de l’homme est plutôt dans ce qu’il exclut que dans ce qu’il rassemble (fonction de tri du cerveau). L’important est d’en être conscient et de nommer les limites d’un travail sur des bases volontairement limitées : l’erreur fréquente est de leur donner un caractère d’universel. La pensée organique n’est universelle que dans le sens où elle n’exclut aucun lien, et apprend à nommer les limites, donc la situation dans un schème global. Cela n’enlève pas la validité de la science : cela la situe, et trace les liens à toutes les autres approches, qui sont toutes aussi valables. De nombreux récits de la vie des chercheurs montrent que la véritable source de l’inspiration scientifique n’est pas d’ordre rationnel, mais plutôt imaginatif (fonctionnement des deux cerveaux, droit et gauche).

16.E.2. Une critique constructive de nos sources de pensée européennes (Descartes, Locke, Leibniz, Hume, Kant):

La FPH utilise beaucoup de notions non dualistes, et critique à juste titre Descartes. Or Whitehead « réalise le rêve de Descartes » au sens où il conserve toutes les notions non dualistes de Descartes, et « réforme » les autres (principe subjectiviste réformé). Ici encore, le travail du lecteur est douloureux, car il engage un effort de dépassement des notions acquises pour esquisser une adhésion nouvelle à des idées modifiées. Il est plus facile de critiquer en bloc ! Mais l’invitation est d’apprendre à distinguer (dans le double sens de l’acuité du regard et de la distinction) la nouveauté réelle de Descartes dégagée de ses incohérences. Le XIXème siècle a fait un tel travail pour ne retenir de Descartes qu’un matérialisme et un subjectivisme sans Dieu. Or la fonction de Dieu dans la philosophie de Descartes est essentielle, et bien des aspects novateurs de sa doctrine deviennent incompréhensibles en supprimant le rôle joué par Dieu. C’est Dieu qui faisait le lien entre la substance pensante et la substance étendue. La « coïncidence » allait de soi pour Descartes. En attribuant cette coïncidence à Dieu, il évitait la réprobation de l’Inquisition sur son œuvre. C’est donc une œuvre complète, non tronquée qu’il s’agit de réformer. La pensée organique a réalisé ce travail sur les auteurs qui sont aux fondements de notre culture moderne : Platon, Aristote, Descartes, Hume, Locke, Leibniz, Kant. Whitehead exerce notre regard à la critique de ces auteurs, dans un sens non dualiste. Le drame de sa pensée est l’écriture désastreuse de Procès et réalité (absence de corrections dans la première édition). Beaucoup d’imperfections restent dans la traduction française de 1995 (notamment l’absence de l’index de l’édition de référence de 1978, et les imprécisions de vocabulaire). Une traduction très pédagogique d’Henri Vaillant n’attend actuellement qu’un éditeur pour offrir au grand public un outil affiné (voir les extraits en annexe 08).

Il est étonnant de voir à l’œuvre notre société qui critique le cartésianisme tout en mettant en œuvre avec efficacité ses préceptes les plus étroits, devenus comme incontournables. La critique existe, mais … au niveau de l’agrégation de philosophie. Pourquoi cette critique ne descend-elle pas quelques classes pour être apprises en lycée ? Les besoins de l’industrie sont des scientifiques rompus aux équations : réformer le subjectivisme cartésien n’enlève pas l’efficacité du raisonnement scientifique. Il oblige à désapprendre ce qui est appris actuellement. La désaffection actuelle des étudiants pour les sciences telles qu’elles sont enseignées va peut-être amener à considérer une autre approche, qui respecte les trois temps de la romance, la généralisation et l’expérimentation. Ce mode de créativité est déjà à l’œuvre dans le cinéma, la littérature, et les arts en général. La science comme art est le chemin d’un nouvel humanisme, qui ne séparera plus nature et culture, équations et poésie (lire le poète scientifique Shelley). Humanisme est peut-être un mot qui appartient au passé, à moins d’englober dans l’humanité tout le cosmos. Le temps de regarder les étoiles dans le crépuscule n’est pas à séparer des autres temps : Bachelard a bien montré que ce sont dans la journée des successions d’état d’âme qui ont chacun leur qualificatif philosophique. Clair idéalisme du matin, rationalisme en journée, et empirisme fatigué du soir. Le vol de l’avion, mouvement incessant, source de fécondité de la recherche et de l’expression.

16.E.3. Une explication des notions du quotidien :

Un apport de la thèse est que les notions de dynamique, de processus, d’appréhension, proposition sont utilisées tout le temps dans le quotidien, mais jamais explicitées. L’explication de ces notions est indispensable pour mieux contribuer à la transformation des territoires

En l’absence d’explication des termes de dynamique et de processus, les auteurs renvoient le plus souvent à la notion de système, avec des concepts des « sciences dures », de type mécanique, avec des références mathématiques et logiques. Cette référence s’éloigne de l’expérience concrète que chacun peut avoir des dynamiques et du processus. Elle s’éloigne aussi du sens commun, notamment de son noyau dur (c’est-à-dire ce qu’il y a d’universel dans le sens commun). Or ces notions de dynamique et de processus sont utilisées pour faire passer des explications, pour se faire comprendre, parce qu’elles correspondent à l’expérience, à la sensation qu’en a chacun, à une certaine forme d’évidence. Ces notions permettent de partager les évidences. Dynamique, processus, propositions, … sont des catégories d’explication des différentes notions, tant psychologique, que sociologique, urbanistique, géographique, d’ingénierie territoriale et institutionnelle… L’analyse de ces notions évidentes a été faite par Whitehead, et la pensée organique est une pensée cohérente, logique, adéquate, applicable et nécessaire de ces notions qui sont utilisées tout le temps en pratique.

À partir de 1998, des ingénieurs se sont mis en marche pour sortir de la solitude vivre une dynamique de réseau, échanger l’expérience, la mutualiser, la capitaliser, entrer dans un processus d’apprentissage collectif, mettre en place une intelligence collective pour mieux participer à la transformation des territoires. Le groupe a d’abord fonctionné de manière intuitive, à partir des ateliers issus de la dynamique des ateliers de l’Ecole de Citoyenneté « Hommes, Femmes dans la Cité » puis de manière de plus en plus consciente, en montrant progressivement comment derrière cette notion de dynamique et de réalité des dynamiques se trouvait le procès, tel que la pensée organique l’a déchiffré, à partir de notions toutes ordinaires du quotidien.

On s’est ainsi aperçu progressivement entre 1998 et 2004 que ces mots du quotidien peuvent avoir un sens technique, tant de technique physique, biologique, mathématique, logique, philosophique, ontologique. Ce sens technique ne se réduit pas aux mots les plus utilisés de dynamique, de processus, d’appréhension, mais également d’autres qui sont largement utilisés dans la profession : les notions de potentialités, de proposition (l’ingénieur est avant tout un homme qui fait des propositions aux élus et aux habitants), de jugement, de décision, de satisfaction. Tous les éléments du procès viennent d’êtres cités, et c’est au cours de congrès, de rencontres, de confrontations, de lectures assidues, d’abord personnelles puis partagées que les liens ont commencé à se tisser entre toutes les notions. Les relations se sont faites petit à petit et un double travail a été mené

  • pour garder le sens de la globalité (l’unité) qui fait l’évidence des notions de dynamique et de processus (qui incluent la notion de système, mais ne s’y réduisent pas)
  • et tout à la fois entrer plus loin dans l’analyse de chacune des notions.

Le schème organique est apparu d’une particulière efficacité pour entrer d’abord intuitivement puis de plus de plus en plus techniquement dans la compréhension et l’explicitation de ces relations. Le travail a été commencé dans la thèse sur les premières notions : appréhension (chapitre 7C) , dynamique (chapitre 2), processus (chapitre 9A), valeurs (chapitre 8B.5&6). Et ce travail pourrait être poursuivi, soit globalement soit point à point dans d’autres travaux, d’autres thèses.

Ce schème est opératoire et efficace dans la mesure où il s’efface devant le réel, et devient pour ainsi dire, inutile, comme le 12ème chameau de la fable du bédouin. Ce 12ème chameau était en effet inutile pour l’héritage, mais indispensable pour la réalisation effective du partage. Le schème organique décrit le réel lui-même. Il n’est ni doctrinaire, ni dogmatique, ni normatif, mais uniquement la saisie du réel tel qu’il se présente à nous.

16.E.4. Le procès comme fondement scientifique des composantes de la gouvernance :

Au niveau de la définition des sociétés, la démarche rejoint la notion de gouvernance et le procès apparaît comme fondement possible du cycle de gouvernance décrit dans les nombreux travaux de la FPH. Les phases du procès apparaissent comme les composantes de la gouvernance, comme des « principes invariants » dans toutes les analyses, et à toutes les échelles. Ce constat rejoint celui de Pierre Calame lorsqu’il dit « j’avais pris conscience du caractère « fractal » de la gouvernance : c’était les mêmes principes qui semblaient s’appliquer à l’organisation et au fonctionnement des pouvoirs publics depuis le niveau local jusqu’au niveau mondial, et dans des contextes aussi différents que la France, les pays arabes ou la Chine » . Ce caractère fractal se trouve au niveau des échelles d’analyses, mais aussi au niveau des thèmes d’analyses : analyse politique, d’organisation, territoriale, développement, … Le procès est au cœur du réel, au cœur de la vie, au cœur ultime de la nature. Le message de la pensée organique peut se résumer à ce constat. Ce n’est pas une théorie, c’est le constat du réel, dans une formulation toujours provisoire. Le plus difficile, est paradoxalement de croire que cela peut être aussi simple : chaque « réalité d’expérience » ou « composante de la gouvernance », ou « principe de base » peut avoir de multiples noms, mais il s’agit de la même réalité, et le nombre des réalités de base se compte avec les doigts de la main. Ces réalités sont déchiffrées dans le schème organique, présenté au complet en partie II au chapitre 9.B. Trois catégories d’existence suffisent pour expliquer les autres (entité actuelle, (ap)préhension et potentialités[7]) et trois catégories d’obligation suffisent pour analyser la plus grande partie du réel (unité, diversité et valeurs[8]). On retrouve les « mêmes principes » exprimés par la Fondation dans ses différentes approches.

16.E.5. Une contribution à l’approche géographique de la FPH ; l’intégration régionale :

La thèse se présente comme le vol de l’avion, en trois phases : l’expérience, la généralisation (le procès) et quelques tentatives d’application de l’expérience à un certain nombre de sujets de géographie (définition de l’objet géographique) et d’ingénierie institutionnelle (apport possible du procès aux réseaux), puis de région conviviale  Ces notions permettent une application à la région « Entre Vosges et Ardennes ». Les objets géographiques sont les potentialités pures (par exemple les « modèles »), les potentialités hybrides (par exemple toutes les propositions d’aménagement) et les potentialités réelles (ce sont les sociétés existantes). Ces trois types de potentialités sont une alternative aux notions d’objets humains, objets non humains et objets hybrides entre humains et non humain de Michel Lussault et Bruno Latour. En effet, distinguer humain et non-humain est encore s’appuyer sur une dichotomie artificielle entre nature et culture (bifurcation de la nature) D’autre part, la notion ultime d’entité actuelle est un approfondissement de la notion ultime d’actant. Ces trois types de potentialités sont appliqués à la région « Entre Vosges et Ardennes » , berceau de l’Europe depuis le CECA[9],. Cet exemple régional pourrait être généralisé à certaines régions d’Europe et à certaines régions de la planète. Les premiers éléments sont esquissés.

Les réseaux impliqués dans l’élaboration de la thèse pourraient tirer profit de l’approche organique pour apprendre à utiliser des ET plutôt que des OU, à développer le vocabulaire qui permet l’unité dans la diversité. Le procès devient la pièce maîtresse de la Boîte à Outils des réseaux d’apprentissage collectifs. Ce vocabulaire nouveau propose un réenchantement de la recherche et de l’action, au prix du douloureux travail d’analyse de nos « évidences ».

16.F. Apport possible aux Chromatiques Whiteheadiennes :

La thèse est l’exploration d’un domaine nouveau pour la pensée organique : la géographie. C’est donc un champ nouveau d’observation et d’expérimentation qui s’ouvre.

16.G. Apport possible à l’Université:

16.G.1. Unifier dans la diversité :

La vocation de l’Université est de distinguer l’universel au sein de la diversité. La partie II de la présente thèse montre l’universalité du procès à travers la diversité des confrontations. Ces confrontations ont été organisées au niveau de l’homme (CNFPT, AITF, PRH), des sociétés (HFC et FPH) et des territoires (T&C, AIU, …).

Avec l’approche proposée, les travaux ne sont plus opposés les uns aux autres. Ils conjuguent les quatre répertoires de la modernité énoncés par Bruno Latour, qui s’avèrent être des « réalités d’expérience » de statut ontologique fort au sein du schème organique. Ils développent une approche transdisciplinaire. Ils offrent une approche généraliste qui permet un dialogue entre toutes les spécialités. Ces quatre répertoires correspondent à des réalités d’expérience, qui ont un statut ontologique. Ces réalités d’expériences forment une cosmologie. Elles se déclinent dans les différents domaines, notamment celui de la gouvernance, dont les territoires sont une « brique de base ». La présente recherche pourrait être poursuivie dans un laboratoire, ou être à l’origine de la création d’un nouveau laboratoire de recherche territoriale transdiciplinaire. Elle pourrait être une contribution à la pédagogie de la nouvelle université en construction ARTEM à Nancy.

16.G.2. Une recherche transdisciplinaire :

Curieusement, alors que la démarche unifie les approches de domaines différents au niveau de l’homme, des sociétés et des territoires, un certain nombre de lecteurs de la thèse en chantier se sont étonnés : est-ce de la psychologie ? est-ce de la sociologie ? est-ce vraiment de la géographie ? N’est-ce pas de la pure philosophie ? La réputation de mathématicien de Whitehead laisse toutefois ouverte la qualification d’approche scientifique de la thèse.

La thèse est transdisciplinaire au sens où elle rejoint le réel à travers la notion de procès avant toute séparation en domaines de connaissance. En ce sens, elle est généraliste, car elle est applicable à tout domaine, dans un double mouvement d’application et de modification éventuelle du schème.

16.H. Apport possible à Terre & Cité :

Terre & Cité à travers ses ateliers réalise un travail pratique d’animation autour des territoires à l’échelon régional des « villes et territoires » (32 000 km2), à l’échelon régional du sous-continent (L’Europe) et à l’échelon du Monde. La présente thèse, en définissant les objets géographiques à partir de la notion de potentialité, donne à ces recherches une clarification de la méthode, et un statut ontologique concret : la prospective fait partie des objets du réel. La prospective est un temps essentiel du processus de transformation des territoires. La distinction entre potentialité pure, hybride et réelle permet de faire les liens tant avec les données naturelles que culturelles : nature et culture sont réunies dans une même démarche. La réflexion porte sur les sociétés, qui sont minérales, animales, végétales et humaines. Cette notion large de société permet de conjuguer territoires, sentiment d’appartenance et responsabilité écologique. Ces trois derniers sont à leur optimum à l’échelle de la région conviviale. Sur ce point, la recherche a permis de constater la convergence des travaux géographiques (AIU, P.Braconnier, …) et des recherches sur la gouvernance (FPH). Relations et choses sont ainsi indissolublement tissées. Un fondement philosophique est proposé pour ce tissage.

D’autre part, un autre apport tout aussi important est de donner à la dimension spirituelle un statut aussi concret que les dimensions plus techniques et spécialisées comme le transport, l’habitat, l’environnement ou les N.T.I.C.. La dimension spirituelle est une dimension à part entière (et pas « à côté) des territoires, comme le montre dans les faits la nomination officielle dès 1991 d’un expert spirituel au sein du Comité des Villes.

16.I. Apport possible à l’AIU :

L’AIU est confrontée à la mondialisation de l’architecture et de l’urbanisme. Organisation indépendante et mondiale, l’AIU peut contribuer à l’expression des diversités culturelles : ses congrès peuvent être l’occasion de conjuguer unité et diversité.

Une organisation régionale en une vingtaine de sous-continents :

La délégation française en 2008 souhaite proposer une démarche d’intégration régionale de l’AIU, pour permettre l’émergence d’une parole multiple. Ses quelques 500 membres à travers le monde, personnels et institutionnels peuvent contribuer à l’émergence d’une organisation régionale, articulée à une organisation mondiale.

Un prolongement du 43ème Congrès d’Anvers en sept. 2007 :

La présente thèse se présente comme un affinement du thème de Congrès 2007 : le Trialogue (qui est en fait un Quadralogue …) : le Quadralogue est une méthode de travail, un processus d’écoute et de confrontation des acteurs de l’aménagement. Des expérimentations peuvent être réalisées dans chaque Sous-continent, des comités locaux (à l’échelle de la région conviviale) peuvent être organisés et communiquer directement entre eux. Ils peuvent constituer les noyaux d’un nouveau type de démocratie sur de nouveaux territoires non-administratifs mais conviviaux. Terre & Cité impliquée dans l’AIU peut contribuer à cette émergence, ainsi que les autres réseaux (FPH, HFC, CW, …), suivant un organigramme fonctionnel à inventer. Ainsi, chaque réseau, tout en suivant sa vocation, pourra contribuer à la création de régions conviviales.

Un dialogue entre les peuples :

L’approche ontologique et cosmologique devient un outil de dialogue entre les peuples : les principes énoncés par l’approche organique sont liés à l’homme dans son universalité : des liens seront donc possibles vers d’autres expressions culturelles, d’autres cosmologies. Plus la cosmologie organique sera fine dans son approche, plus les liens à d’autres cultures seront fins. Les principes implicites deviennent explicites. Une gouvernance mondiale peut émerger.

_____________________________________________________
Notes :

[1] PR 17a (74)
[2] Pour une synthèse des catégories, voir le chapitre 9.
[3] Voir la présentation de synthèse en partie II, au chapitre 8.11, page 264 ainsi que la figure 8-11.
[4] Les cinq attitudes citées ici sont les attitudes clé de la formation Personnalité de Relations Humaine (P.R.H.).
[5] Référence au mot célèbre de Jacques Maritain.
[6] la « cinquième phase » (la phase terminale de la concrescence) -voir en partie II le chapitre 8.B.1.
[7] Catégories d’existence 1, 2 et 5, en abrégé CX 1, CX2 et CX5. Voir le tableau complet des catégories présenté en partie II, chapitre 9.B.
[8] Catégories d’obligation 1,3 et 4, en abrégé CO 1, CO3 et C04. Voir le tableau complet des catégories présenté en partie II, chapitre 9.B.
[9] Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, créé le 18 avril 1951, à l’initiative de Robert Schuman.

Chapitre 5 : Expérience de l’AITF, GT DST-Généraliste

Chapitre 5 : L’expérience de l’ingénieur territorial au sein de l’A.I.T.F. Grand-Est: passage des dynamiques des acteurs au procès.

Ce chapitre souhaite rendre compte du point de départ de la thèse, de son origine, et des questions que sa démarche provoque. Il est conçu de manière indépendante du mouvement général de la thèse, car il déchiffre l’expérience telle qu’elle s’est passée dans ce groupe professionnel précis. L’ordre de prise de conscience des dynamiques et de leurs relations n’est pas l’ordre d’exposition qui a été adopté aux chapitres 2 à 4. L’expérience relatée est un exemple de plus de la convergence des approches autour de cinq composantes principales de l’expérience.

Le point de départ de ce travail de thèse a été la remise de l’ouvrage Lunéville à travers les plans, de 1265 à 2000 , publié en 2000. Il s’agit d’un travail collégial coordonné et en grande partie rédigé sous ma direction. L’ingénieur territorial est enraciné dans sa commune. Il y acquiert une vision globale grâce à la rencontre quasi quotidienne des élus, des habitants, des services municipaux et autres acteurs de la ville. A l’interface entre la « matière » et les « propositions d’aménagement », il doit manipuler beaucoup de documents, rechercher l’histoire des équipements, des rues, des places pour créer du neuf étroitement articulé sur l’ancien.

Ayant décidé de poursuivre ce travail dans une thèse, la première idée a été de rendre compte du travail de transformation des territoires de l’ingénieur territorial ainsi que de l’expérience d’échange d’expériences des ingénieurs territoriaux du Grand Est entre 1998 et 2004, par la création avec Jean-Jacques Funke [1], en 1998, d’un groupe de travail « Ingénieurs généralistes » au sein de l’Association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF). Les grandes étapes des prises de conscience de ce groupe ont été indiquées dans l’introduction, à la section méthodologie. Ces étapes sont ici détaillées afin de montrer le plus finement possible la succession de ces prises de conscience collective, puis le point de départ personnel de la présente thèse, en vue d’approfondir des questions posées collectivement.

5.A. Les étapes de la recherche :

L’histoire qui est présentée ci-après est celle du commencement d’un passage.

  • Passage de l’isolement à une mise en réseau.
  • Passage du silence à une parole d’échange d’expériences.
  • Passage d’une technique d’application de procédure à une technique d’écoute, d’où émergeront des techniques ajustées aux usages, et de nouvelles approches participatives.

Au delà des réalisations, le principal passage est celui d’une pensée de spécialistes en techniques urbaines à une pensée généraliste. Au point de départ se trouve la réaction des ingénieurs des groupes de travail spécialisés, issus essentiellement des grandes villes : « Une pensée généraliste n’existe pas ! Le généraliste est celui qui monte en grade et « prend de la hauteur » !». Cette pensée entre en contraste avec le vécu des ingénieurs des petites et moyennes villes : ce vécu est généraliste de fait, non lié à la montée en grade. N’existe-t-il pas une science généraliste, qui puisse être le support de ce vécu de généraliste de fait, le support d’une activité organisée et le support de l’échange d’expérience ?

Voici le détail des sept étapes déjà citées de cette prise de conscience progressive des 3 dynamiques des collectivités territoriales : la dynamique des élus (politique), des services (organisation) et des usagers (usagers/citoyens).

Des liens entre les cinq réalités de chacune de ces dynamiques ont été tracés, jusqu’à constater que cinq « réalités d’expérience » apparaissent comme des invariants, ou des constantes dans toutes les dynamiques. La pratique montre que pour arriver à un changement (social ou territorial), ces réalités doivent fonctionner toutes ensemble. Mais comment s’articulent-elles entre elles ? L’étude du procès (le process anglais) permet d’expliciter ces liens, et d’exprimer le procès de transformation des territoires, avant son application au cas de la région « Entre Vosges et Ardennes ».

Les numérotations qui suivent sont à référer au tableau suivant (également présenté dans la méthodologie). Elles en marquent la continuité d’analyse. Les notions qui suivent ont déjà été exposées. La perspective ici est différente de l’exposition : elle est celle de la chronologie du vécu.

Capture d’écran 2016-04-16 à 17.26.55
Capture d’écran 2016-04-16 à 20.24.23

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.28.20 Capture d’écran 2016-04-16 à 20.29.15

Figure 5‑2: Schéma des étapes 1 à 4 de l’expérience au sein de l’AITF (juin 1998 à Juin 2004 )

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.44.26Capture d’écran 2016-04-16 à 20.45.32

Figure 5‑3 : Schéma des étapes 5 à 7 (juillet 2004 à Septembre 2007)

Cette analyse en 7 étape doit beaucoup à la pédagogie d’analyse des organismes PRH et HFC, et notamment au dialogue avec Francis Manet : les 7 étapes sont une reconstruction à postériori de l’expérience collective, pour tenter de la faire comprendre à ceux qui ne l’ont pas vécue.

5.B. Étape 1 : La recherche géographique classique (1997-2000)

A cette étape, une recherche systématique a été faite dans les archives de la ville de Lunéville entre 1997 et 2000 pour rechercher tous les plans et documents produits depuis 1265 (date de franchise de la ville de Lunéville par la Charte de Beaumont), les répertorier, et les présenter dans un travail d’analyse diachronique et synchronique. Une analyse de la ville par fonction a également été réalisée, suivie d’une synthèse de l’évolution de la ville depuis 1265.

L’ingénieur territorial occupe une position privilégiée dans les collectivités territoriales pour réaliser ce travail de croisement entre les archives, le terrain, et le vécu de la cité à travers son histoire et dans l’actualité. Le résultat est un ouvrage au format A3 de 129 pages avec près de 50 plans. Cette étape m’a conduit à envisager de mener une thèse de géographie.

La recherche a d’abord porté sur les dynamiques des acteurs. Dans la présente étape, elle porte sur l’expérience des 3 dynamiques des collectivités (politique, d’organisation et des usagers). Cette phase se situe entre Juin 1998 et Juin 2004. Au cours de nombreux échanges formels ou informels, des partages ont eu lieu sur les expériences de chacun des membres du groupe de travail concernant les réalités des dynamiques. De l’expérience de ces réalités ont émergé progressivement des réalités d’expérience qui restent de même nature à travers toutes les dynamiques (réalité de la vision, des objectifs, des valeurs, des interactions, et de la structure). Ces réalités se retrouvent également dans la dynamique des territoires à l’étape 4. L’étape 5 fait part de l’intuition de la correspondance de chaque réalité avec les phases de concrescence du procès organique. De cette intuition est issue une proposition pour un procès whiteheadien de transformation des territoires aux étapes 6 & 7.

5.C. Étape 2 : Les 3 dynamiques des acteurs de la transformation des territoires : expériences des réalités de ces dynamiques (juin 1998 au 6 décembre 2001).

A cette étape ont été mises en évidence les 3 dynamiques de base des 3 acteurs principaux des Collectivités Territoriales : les élus, les services municipaux, les habitants (2000-2001).

L’auteur de cette thèse est de formation ingénieur en architecture et urbaniste. Or, le statut de la fonction publique territoriale ne connaît que les ingénieurs territoriaux (IT), et c’est sous cette appellation qu’il intègre les architectes et les urbanistes. L’université, elle, ne connaît que ses spécialités, par exemple celles de « géographie-aménagement » ou « géographie régionale ». Peuvent y adhérer les urbanistes, les aménageurs, et les développeurs de territoires. A qui s’adresse donc ce travail, en définitive ? à l’architecte ? à l’urbaniste ? au géographe ? à l’ingénieur ? La figure de base est l’ingénieur territorial (car les exemples sont tous situés dans l’organisation territoriale), avec un élargissement au fil du travail à tous les autres acteurs, jusqu’à proposer une approche géographique organique.

Un Groupe de Travail régional au sein de l’AITF a été lancé en Juin 1998 pour sortir de l’isolement les IT [9], partager l’expérience et la mutualiser. Le cadre pédagogique chargé de la formation, M. Bernard Poureyron, a mandaté un consultant international, M. Samir Toumi, pour faire un exposé introductif aux travaux du groupe (voir l’encadré ci-après). Cet exposé a permis de clarifier les invariants des structures municipales (la double structure élus / fonctionnaires) et les évolutions structurelles des collectivités (nouvelles finalités).

Le CNFPT fait appel à des formateurs extérieurs, et n’a pas de méthodologie spécifique pour la formation de réseaux de professionnels et l’échange/mutualisation/capitalisation d’expérience. L’outil PRH a été la formation relationnelle officielle. Cet outil se prolonge dans l‘outil pour les groupes de l’association Hommes Femmes dans la Cité (Brainville/Nancy). L’outil d’analyse de la dynamique de l’expérience de l’Association « Hommes Femmes dans la Cité » a été adoptée par le groupe, après expérimentation dans les premières rencontres. La validation de cet outil s’est faite au Congrès régional Est de l’AITF à Montbéliard en 2001. La méthodologie d’échange d’expérience a alors été trouvée dans les méthodes d’intelligence collective de la Fondation pour le Progrès de l’Homme (FPH) [10]. La Fondation pour le Progrès de l’Homme est connue internationalement pour la qualité de réflexion et d’action pour la mutualisation et capitalisation d’expérience, et la méthodologie de réseaux. Les Chromatiques whiteheadiennes sont des séminaires internationaux qui se réunissent à la Sorbonne : elles sont une tribune d’analyse critique des travaux des participants : le présent travail a été soumis à cette critique. Enfin, la petite association Terre & Cité fonde son approche sur une thèse menée par William Twitchett sous la direction de Paul Claval. L’Université joue donc ici le rôle d’unifier la diversité (uni-versité) : le présent travail est une mise en relation la plus rigoureuse possible entre les éléments cités.

Le groupe de travail régional est devenu un nouveau groupe de travail national en 2003 (premier groupe de travail orienté vers le métier d’ingénieur territorial généraliste parmi les 16 groupes techniques existants. Le généraliste est souvent « DST » -Directeur des Services Techniques)-).

Le groupe réunit des techniciens ayant à s’investir dans les villes de 10 000 habitants à 45 000 habitants, élargi aujourd’hui aux villes de plus de 8 000 habitants, soit 92 villes sur le Grand-Est (9 départements).

Le groupe a médité au long des années sur le métier d’ingénieur généraliste, au point de faire sienne cette remarque de A.N. Whitehead : « Il revient aux sciences particulières de modifier le sens commun. La philosophie est l’union de l’imagination et du sens commun réfrénant les ardeurs des spécialistes tout en élargissant le champ de leur imagination ». (PR17). Cette philosophie a un caractère scientifique (rappelons que Whitehead a été mathématicien pendant 40 ans) et peut devenir celle des ingénieurs généralistes …

Notre conviction est que l’ingénieur généraliste pourrait avoir un statut, un métier (une pratique) et un champ de compétence (l’ingénierie territoriale) avec pour outil généraliste une approche scientifique généraliste. Cette approche scientifique a d’abord pris la figure des dynamiques des acteurs dans la présente étape. Elle prendra la figure de la dynamique des territoires à l’étape 4 puis du procès organique à l’étape 5, et d’une proposition pour un procès whiteheadien de transformation des territoires aux étapes 6 & 7.

Une thèse de géographie ne pouvait être purement descriptive : elle doit expliciter ses présupposés méthodologiques et ses références de base, et parler autant des acteurs de la transformation du territoire que du territoire transformé lui-même. La dynamique de transformation des territoires apparaît dans cette interaction, pour être concrète.

Souvent dans les communes ces trois types d’acteurs sont bien séparés : un ingénieur ne se mêle pas de politique et applique les décisions des élus, un élu ne s’occupe pas de gérer les services (même si la tentation est grande), et les habitants sont consultés pour leur présenter les projets dans les réunions de riverains, et exprimer leurs souhaits dans les réunions de quartier. Beaucoup de petites et moyennes villes fonctionnent ainsi, avec toutes les nuances possibles.

Cette étape est la tentative de formulation de la dynamique des acteurs au service de la transformation des territoires. L’expérience est celle de l’ingénieur territorial, dans sa pratique quotidienne, dans les petites et moyennes villes.

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.54.05

Figure 5‑4 : Les finalités des collectivités et les changements structurels en cours : passage de l’expertise technique à l’expertise managériale. Source : CNFPT, Samir Toumi, consultant.

Le consultant du CNPFT, Samir Toumi, a clairement situé avec le document ci dessus la perspective de travail du nouveau groupe des ingénieurs et techniciens généralistes de l’Est de la France. L’apport principal est d’apprendre à distinguer les disfonctionnement qui viennent de l’évolution structurelle des services techniques en France d’avec les éventuelles difficulté personnelles des Directeur des Services Techniques.

Les acteurs principaux de la Cité sont les élus, les services municipaux (représentés ici par l’ingénieur), et les habitants. Chacun de ces acteurs a sa dynamique : dynamique politique pour les élus, dynamique d’organisation pour les services municipaux, et dynamique citoyenne/territoriale pour les habitants.

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.55.50

Figure 5‑5 : Schéma de la lecture structurelle des collectivités. Source : CNFPT, Samir Toumi, consultant.

Très naturellement, on trouve donc les trois dynamiques correspondant à chacune des trois entités structurelle de la collectivité : la dynamique des élus, des services municipaux, et des usagers/habitants/citoyens.

La tentative de formulation de la dynamique des acteurs au service de la transformation des territoires demeure une étape essentielle. Elle met en avant l’expérience de l’ingénieur territorial, dans sa pratique quotidienne, au sein des petites et moyennes villes.

Un rapprochement a été fait à cette étape entre l’exposé de Samir Toumi et les trois dynamiques des ateliers de la Fondation Hommes Femmes dans la Cité : la dynamique politique de l’atelier « La Cité, réalité politique », la dynamique d’organisation de l’atelier « Hommes, Femmes dans la Cité » et la dynamique du citoyen (usager ou habitant) dans l’atelier « Le Citoyen au quotidien ».

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.56.52

Figure 5‑6 : Les trois dynamiques des élus, des services et des usagers.

A cette étape, les trois dynamiques sont bien séparées. Il n’est pas rare d’entendre chacun veiller scrupuleusement sur « ses prérogatives », et bien cloisonner les fonctionnements. Il n’est pas rare d’entendre « les services sont là pour exécuter, il ne faut surtout pas se mêler de politique ». Il est d’ailleurs une tradition :les DST doivent rester neutres afin de pouvoir continuer à fonctionner le lendemain d’élections, même si la municipalité a changé.

Pourtant, le métier d’ingénieur territorial est tout entier relation(s) et événement(s). C’est de la maîtrise de la trame des relations et des événements et du croisement des expériences que peut naître du neuf, concrétisé par la prise de nouvelles décisions mise au service de la progression de la collectivité. En même temps, l’ingénieur offre une expertise technique, basé sur les « sciences dures ». La fierté d’un ingénieur est de réaliser les opérations décidées par les élus dans un esprit cartésien. Dès lors, il doit apprendre à conjuguer procédures et relations.

Cette conjugaison l’oblige à remettre en cause les présupposés scientifiques qui ne sont pas en harmonie avec les relations et avec les événements. Toutes ses propositions aux élus conjuguent ainsi science, techniques, relations et événements. L’ingénieur territorial replace la science et la technique dans l’ensemble des pures possibilités du monde. Il se laisse guider par les valeurs qui actualisent ces possibilités et donne aux élus une précieuse aide à la décision. Cela réclame une attention au réel pour en saisir les possibilités et proposer aux élus des avancées de la collectivité. Ils ne prennent pas de décision à leur place. Pour autant, ils prennent en compte tout le réel, y compris politique, dans l’aide à la décision. L’art de l’ingénieur réside dans l’art des propositions et l’Art de la gouvernance, ou ingénierie institutionnelle. Il travaille sur les mêmes dynamiques que l’élu, ou l’habitant, avec un point de vue différent et une culture différente. Cela oblige à L’intelligence de l’autre (titre d’un livre récent de Michel Sauquet [11]). Les propositions ne se font pas sans participation au débat politique, et l’ingénierie institutionnelle ne se fait pas sans écoute des services, habitants et usagers.

Notre conviction à ce stade est que l’ingénieur généraliste pourrait avoir un vrai métier, amenant à appréhender de façon globale, systémique et organique le territoire qui est le sien. Or, ainsi que l’explique avec clarté Edmond Bonnefoy [12], un métier comporte trois éléments :

  • un statut,
  • une pratique
  • un champ de compétence

Force est de constater à ce jour que si l’ingénieur territorial a une situation et une pratique, son champ de compétence n’est pas clairement défini (manager urbain / manager territorial ? aménageur / géographe ? technicien / expert ? ). Le titre de « généraliste » a existé, et figurait aux options du concours d’ingénieur avant 2002. Mais l’absence de contenu scientifique à cette option a conduit à la supprimer. La présente thèse voudrait contribuer à créer ce contenu scientifique pour inviter à réintroduire l’option généraliste aux concours d’ingénieurs. Ce contenu reste à construire autour des notions de systèmes et d’organisme. A l’inverse, l’agent de développement territorial a un champ de compétence et une pratique en rapide évolution, mais sa situation dans les collectivités ne s’est clarifiée que depuis peu [13]. L’urbaniste s’est doté d’un référentiel au sein de l’Office Public de Qualification des Urbanistes [14]. Pour le géographe, au sein des Universités, la Charte de l’APERAU [15] offre également un référentiel. Au sein de cet univers fragmenté de l’urbanisme en France, seul l’ingénieur territorial semble absent, tant de l’Union Nationale des Associations de Développement Local (UNADEL), de l’Association Pour l’Enseignement et la Recherche en Aménagement et Urbanisme (APERAU) que du Conseil Français des Urbanistes (CFDU). Une déclaration commune de Claude Bastouil (Président de l’AITF) et de Bernard Lensel (Président d’Urbaniste des Territoires – UT-) en mai 2004 montre pourtant le partage des questions communes sur l’avenir des métiers territoriaux.

L’ingénieur est au cœur des dynamiques politique, d’organisation et territoriale. Il ne peut pas séparer son action de transformation des territoires de l’expérience personnelle et collective. En effet, il est impliqué dans des projets nouveaux (par exemple, plan de stationnement du Centre-Ville ou création d’un réseau de transport public à Lunéville) sans disposer de données autres que celles qu’il constitue et institue dans ses relations avec les élus, les habitants et les usagers.

Depuis la création du groupe de travail régional Est, la conviction collective est que seule une démarche de formulation du métier relatif au territoire, sans entrer dans les considérations de hiérarchie municipale, correspond à la réalité du métier : de fait, l’analyse fonctionnelle de fait le montre.

La présente thèse voudrait contribuer à l’élaboration d’un outil généraliste sur une base scientifique clairement établie. Sur ces bases pourra se développer une analyse des dynamiques des acteurs avec l’approche HFC, une ingénierie institutionnelle dont Pierre Calame a d’ores et déjà tracé les grands traits dans ses derniers travaux [16], et une capacité à exprimer les potentialités d’un territoire avec l’approche T&C [17].

La fonction assurée au sein des Collectivités Territoriales amène à se poser la question de cette « science généraliste ». Cette question est en filigrane des 14 rencontres du groupe de travail du Grand-Est entre le 16 septembre 1998 à Vandoeuvre, et le 6 décembre 2001 à Sarreguemines. Le fruit de ces travaux a été présenté au Congrès régional Est des 12 et 13 octobre 2001 à Audincourt-Pays de Montbéliard. Le compte-rendu des 14 réunions, les documents préparatoires (environ 30 000 pages en fichiers interactifs) et le bilan du Congrès sont présents en intégralité dans un CDROM qui figure en annexe 2 [18]. Les deux dernières démarches de concertation intégrées dans la présente thèse ont été effectuées lors de la rencontre d’Angers du 31 mars 2004 (28 personnes) et l’atelier « ingénieurs généralistes) du congrès de Perpignan le 10 juin 2004 (58 personnes). Une première ébauche de la boîte à outil de l’ingénieur territorial généraliste a été présentée au Congrès de l’Association Internationale des Urbanistes à Genève en septembre 2004.

Une thèse de géographie peut prendre pour départ une approche descriptive, mais doit expliciter ses présupposés méthodologiques et ses références de base, parler autant des acteurs de la transformation du territoire que du territoire transformé lui-même. Pour être concrète, la dynamique de transformation des territoires doit apparaître dans cette interaction. Elle apparaîtra à l’étape 4, avec l’expérience de l’Agglomération transfrontalière de Sarrebruck-Moselle Est.

5.D. Étape 3 : Passage de l’expérience des 5 réalités de chaque dynamique (6 déc 2001 à avril 2003) au constat de 5 « réalités d’expérience » de toutes les dynamiques

Cette étape est celle de la prise de conscience d’une même dynamique pour tous les acteurs, autour des 5 « réalités d’expérience » mentionnées ci-dessus [19]. Ainsi, on passe de l’expérience de l’échange d’expériences d’un certain nombre de réalités en étape 2 aux cinq « réalités d’expérience » de la présente étape. Ces réalités d’expérience rejoignent le développement local. Elles doivent être simultanées pour obtenir une efficacité d’action des acteurs et de la transformation des territoires. (2001-2003). Un « saut de l’imagination » est ici nécessaire pour réaliser cette généralisation.

Passage de l’expérience des réalités aux 5 réalités d’expérience de toutes les dynamiques :

Il semble qu’il y ait quelque chose d’universel dans ces 5 réalités que l’on retrouve partout. En les numérotant de R1 à R5 (R1=Vision, R2=Objectifs, R3=Valeurs, R4= Interactions, R5=Structure), il est possible d’émailler les marges des livres de géographie des signes de la réalité traitée : on découvre vite que les 5 réalités se retrouvent dans toutes les recherches, avec des nuances d’expression dues aux points de vue et aux perspectives différentes des auteurs. C’est à cette étape qu’il a été constaté la correspondance des réalités dans les différences dynamiques, alors que leur nombre et leur dénomination sont issus de la pratique. Cette constatation est le fruit d’un « savoir pratique », en grande partie oral, hormis quelques supports pédagogiques. Les questions ont été nombreuses : ces réalités sont-elles structurées dans un ordre précis ? Comment s’articulent-elles ?

Ces questions ont été travaillées dans le groupe de travail régional Grand-Est de l’AITF. Le groupe a fonctionné de janvier 1998 à Juin 2003, date à laquelle il est devenu un nouveau groupe de travail national en 2003-2004, le premier orienté « métier » dans une approche généraliste (transdiciplinaire), sous la présidence de Claude Bastouill

A cette étape a eu lieu le Congrès de Montbéliard [20], organisé par J-J. Funke, Claude Mainpin et Philippe Vaillant en lien avec Patrick Berthenand d’Audincourt. Le CDROM est joint en annexe 02. Ce fut l’objet d’un travail de suivi fait par l’AITF, section Grand-Est, assistée de Gérard Vautrin, sociologue à l’Université-CUCES de Nancy. Cet auteur a conforté l’analyse des trois dynamiques lors de ce Congrès et lors de l’introduction aux ateliers du Congrès AITF Grand-Est de Sarreguemines en 2002. Ce dernier Congrès, organisé par Bruno Neiss et Christian Kieny, marque la prise de responsabilité de responsables de petites et moyennes villes dans l’organisation régionale de l’AITF, jusque là animée en Grand Est uniquement par les responsables de grandes villes.

C’est à cette étape qu’est apparue la correspondance horizontale des trois dynamiques des collectivités territoriales. Cette correspondance est obtenue en mettant en tableau les dynamiques, suivant le schéma n°3 du tableau de synthèse en tête de chapitre.

Cette tranche de vie relève de la prise de conscience que la logique d’acteurs s’applique aussi aux territoires à travers la dynamique du développement local et à travers la dynamique territoriale. L’Étude de préfiguration de l’agglomération transfrontalière de Saarbrücken-Moselle-Est a permis cette prise de conscience.

Capture d’écran 2016-04-16 à 20.58.40

Figure 5‑7 : Schéma de l’étape 3 : passage de l’expérience des réalités aux 5 réalités d’expérience

Ce travail de différentiation des dynamiques suivant les acteurs d’un côté, et de rapprochements des dynamiques de l’autre n’est pas sans rappeler la démarche de Michel Sauquet dans L’intelligence de l’autre, prendre en compte les différences culturelles dans un monde à gérer en commun [21], sur les thèmes propres à la présente thèse. Il analyse finement les liens psycho-sociologiques entre les acteurs, et l’articulation entre les notions communes et leur utilisation différenciée. Il aide au passage entre les deux.

Au-delà de la logique des acteurs qui a des conséquences sur le territoire, le territoire par lui-même a une logique de développement, une dynamique de transformation. On passe ici le cap de la géographie, c’est à dire du mécanisme de transformation des territoires. « Les 5 critères doivent être réunis simultanément pour pouvoir créer l’agglomération transfrontalière de Saarbrücken/Moselle Est » (J. Degermann, Étude de préfiguration). Pourtant, dans le quotidien, tout sépare ces critères (réalités), et ils sont dans la pratique considérés isolément.

Quelle géographie permettra d’approfondir la dynamique des territoires en rendant compte simultanément des 5 réalités ? Force est de constater qu’il existe plusieurs géographies : une géographie empirique/descriptive, une géographie prospective, une géographie/aménagement, et une géographie d’analyse spatiale qui se veut scientifique. Dès lors se pose la question des liens entre ces différentes approches. Les géographes qui veulent faire un travail scientifique pour intégrer l’expérience, le vécu (par exemple Guy Di Méo & Pascal Buléon), buttent sur « la dichotomie du matériel et de l’idéel ». Ils tentent une réponse avec le soutien de Maurice Godelier qui travaille dans le champ de l’anthropologie. L’approche anthropologique de ce dernier montre l’imbrication du matériel et de l’idéel. Mais il semble que la réponse à ces questions soit plus dans le champ de la philosophie que de l’anthropologie. Régis Debray répond à Maurice Godelier dans sa Critique de la raison politique[22], et place clairement la question dans le champ de la philosophie. La « dichotomie du matériel et de l’idéel » vient directement de l’ontologie dualiste cartésienne qui décrète arbitrairement « la séparation entre la substance pensante et la substance étendue ».

La prise de conscience relève ici de la nécessité d’une ontologie non dualiste pour approfondir une géographie à partir de l’expérience et découvrir des liens entre les 4 approches énoncées, afin qu’elles contribuent à s’enrichir les unes aux autres. Cette ontologie doit réunir les éléments de la dynamique, les articuler étroitement entre elles, sans dissocier le « physique/matériel » de « l’idée ».

Ces 5 réalités d’expérience sont ici présentées de façon pédagogique suivant l’ordre des phases du procès, pour préparer l’interprétation en termes de pensée organique (voir le schéma n°3 du tableau de synthèse en tête de chapitre).

5.E. Étape 4 : Lancement du réseau national. Les fiches d’échange d’expérience. Prise de conscience du cercle des activités humaines, sociétales, territoriales & naturelles. (mai 2003 à juin 2004)

Cette étape est celle de la mise au point des fiches d’expériences dans la préparation des réunions du Groupe de travail et dans la préparation des Congrès. C’est de la capacité de rédaction de telles fiches que dépendent la possibilité et la qualité de l’échange d’expérience, la mutualisation, et la capitalisation. Toute l’organisation de l’intelligence collective en dépend.

Le soutien du CNFPT, l’outil d’analyse de HFC et l’apport des travaux de la FPH (à travers le réseau d’échange d’expérience DPH [23]) ont été déterminants pour permettre l’apprentissage de l’écriture de l’expérience et la mise en commun. En préparation du Congrès AITF de Perpignan de Juin 2004, et en synthèse des années d’expérimentation des étapes 2 & 3, les premières fiches d’expérience, et fiches méthodologiques ont été produites. Ces fiches sont jointes en annexe 02 et 05. Elles se trouvent sur le site de l’AITF [24]. Une fiche est fournie en exemple sur les pages qui suivent. Toutes les fiches sont produites intégralement dans l’annexe 02a, b & c.

Le schéma de synthèse de cette étape est le suivant :

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.00.52

Figure 5‑8 : Schéma de synthèse de l’étape 4: l’échange d’expérience et la mutualisation.

Le congrès de Perpignan a été un franc succès de participation (59 personnes). Ce succès nécessite une organisation adéquate qui reste à inventer, comme un conseil scientifique interne avec un noyau de quelques personnes chargées de recevoir les fiches d’expériences, de permettre leur finalisation leur validation, et leur mise en ligne pour la transmission.

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.02.04

Figure 5‑9 : La liste des fiches d’expérience consultable sur le site de l’AITF à la rubrique (GT DST des petites villes) (Mai 2008), et l’exemple de la fiche n°4 du 08/02/2005 (p.158-159).

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.07.23  Capture d’écran 2016-04-16 à 21.08.13
Capture d’écran 2016-04-16 à 21.08.59

5.F. Étape 5 : Intuition d’une correspondance entre les 5 réalités et les phases du procès. Découverte du procès organique. Géographie et expérience (Guy di Méo, Eric Dardel) (juil. 2004 à Oct. 2004) :

Cette étape est celle de l’intuition d’une correspondance entre les 5 réalités d’expérience (identifiées à l’étape 3) et les phases du procès de concrescence organique.

Simultanément, l’importance des cercles d’activité (Passet) présentés en début de chapitre 3 et détaillés en partie III (chapitre 13.E., p.386 & 389) s’est imposé afin d’éviter les ambiguïtés du développement durable.

L’approfondissement du procès organique permet de montrer comment les 5 réalités d’expérience sont réunies dans le procès organique. Ces réalités croissent ensemble : elles sont concrescentes (co-croissantes). (Avril 2002). Le procès permet d’expliquer l’expérience, et pourrait devenir la base d’un langage commun entre les différentes approches (été 2007).

La pensée organique d’A.N. Whitehead prend toute son importance à partir de la définition d’une occasion actuelle d’expérience, aussi appelée goutte d’expérience par William James, qui est une analyse génétique du procès de concrescence (co-croissance) de tous les éléments appréhendés dans la réalité au cours de 5 phases logiques :

  • a– appréhension du réel (phase « matérielle »), ou préhension physique* (en enlevant le préfixe « ap »).
  • b– appréhension des potentialités pures ou générales (phase « idéelle »), ou préhension conceptuelle *.
  • c– propositions qui sont la combinaison/intégration des deux phases précédentes,
  • d– choix/décision dans un jugement entre les propositions, et
  • esatisfaction*.

On reconnaît vite, dans un ordre différent, les réalités de la dynamique, qui se retrouvent dans l’ordre respectif suivant : interactions, vision, objectifs, valeur (au sens de jugement), structure. Il convient de noter que dans la goutte d’expérience, la valeur est partout, reprise entre toutes les phases, par l’« évaluation ». C’est une valeur au sens de « ce qui a de l’importance », sans entrer dans le contenu qui change suivant les personnes et les cultures. La valeur fait partie du lien entre les réalités. En ce sens, elle est une réalité d’expérience, mais pas une phase. Le présent travail montrera que la valeur est la saisie d’une potentialité, le passage d’une préhension physique  à une préhension conceptuelle . D’autre part, la satisfaction n’existe qu’une fois dépassée : « et ainsi jamais complètement n’est » disait Platon dans le Timée. Cette double difficulté à propos de la valeur et de la satisfaction conduira

  • à expliquer la distinction entre les catégories d’existence (les interactions, les potentialités, les propositions, la décision) et les catégories d’obligation (notamment les valeurs, résultats de l’évaluation)
  • à expliquer comment satisfaction et transition* d’une goutte d’expérience à une autre sont liées.

C’est ainsi que l’on passe du schéma de l’étape 3 au schéma ci-dessous :

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.13.29

Figure 5‑10 : Schéma de l’étape 5 : passage des réalités d’expériences aux phases du procès organique

La pensée organique (qui est à la fois une philosophie et une science) répond directement à la question du dépassement du dualisme cartésien, par une critique nuancée de Descartes : réforme de son principe subjectiviste, rejet de sa séparation arbitraire entre substance pensante et substance étendue, et développement de sa notion de res verae, lesquelles ne sont autres que les « gouttes d’expérience », ou occasions actuelles d’expérience. Cette démarche a le mérite de nous faire redécouvrir notre propre culture, et de l’approfondir avec un sens critique, sans tout rejeter en bloc. Whitehead dit « réaliser le rêve de Descartes ». Au-delà de la pointe d’exagération (compte tenu de l’importance de la réforme), la volonté d’enracinement dans la culture moderne classique est clairement affirmée. Une notion nouvelle ainsi enracinée aura en principe plus de chance d’être entendue et acceptée.

Cette approche organique n’est pas uniquement un système (Bertalanffy, Le Moigne): c’est une mise en lien, une mise en tension qui est toujours remise en cause en fonction des faits premiers. Si des faits nouveaux arrivent, ils peuvent faire bouger les éléments du procès, voire faire changer le schème explicatif. La référence ultime est l’expérience. Et l’expérience, en définitive, ne peut être que personnelle [25], dans une tension constante entre le flux et la permanence. Ludwig Von Bertalanffy, le père de la systémique, précise d’ailleurs dans son œuvre maîtresse que le système n’est que le cœur de la révolution organique [26].

La philosophie organique examine ces notions, que tout le monde emploie en pratique sans jamais les expliciter, et les organise dans un schème explicatif global, ayant pour critère les notions du noyau dur du sens commun *. Le noyau dur du sens commun est ce que tout le monde présuppose en pratique même s’il le nie verbalement  [27]. Par exemple, les termes d’« appréhension du réel » et de « processus » sont des mots que tout le monde emploie, alors qu’ils ne sont pas explicités en eux-mêmes, et leur utilisation peut être contradictoire avec la théorie exposée. Ainsi, le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés fait figurer le processus à l’index avec 354 entrées, mais le processus n’est pas une rubrique par lui-même.

Un approfondissement de la notion de procès organique aboutit à un schéma de la dynamique de la concrescence qui rend compte des 5 réalités. Ce schéma permet-il d’expliquer l’expérience concrète, au niveau de l’homme, de la société et des territoires ? Est-il vraiment universel au sens d’expliquer les faits concrets ? Seule une confrontation concrète avec l’expérience à ces trois niveaux peut esquisser une réponse.

Pour réaliser cette confrontation, le schéma du procès a été mis sous forme de questions pour interroger l’expérience (chapitres 2 et 3). C’est le « schéma de questionnement » de la partie I : il présupposerait un petit exposé rapide de ce qu’est le procès, ce qui a été fait à la fin du chapitre 2.

Une première approche rapide du procès est donc nécessaire pour comprendre l’enjeu de ce schéma de questionnement. L’enjeu est de bien faire le lien entre ce schéma à la fois scientifique et philosophique et l’expérience concrète au niveau de l’homme, de la société et des territoires.

Le but n’est pas de tout ramener au procès, le but est de tester la notion de procès pour rendre compte de sa capacité explicative dans le domaine de recherche de la présente thèse.

Cette étape tente d’évaluer la pertinence de la notion de procès, et de tracer les liens avec les travaux des géographes, architectes, urbanistes, ingénieurs. Cette confrontation permet indirectement de tracer des liens entre ces 4 approches des territoires. Le résultat pourrait être une avancée vers un langage commun. Ce langage commun, toujours ouvert, basé sur la relation et les réalités d’expérience, est le véritable enjeu de notre travail.

Est-ce la seule démarche ? Les autres démarches sont nombreuses : matérialisme dialectique (Marx, …), structuralisme génétique (Lévy-Strauss, Piaget, …), phénoménologie existentielle (Husserl, Heidegger, …). A notre connaissance, elles n’abordent pas la question du dépassement du dualisme à partir des acquis de la science d’aujourd’hui, c’est à dire de la relativité et de la mécanique quantique, et de l’examen critique et constructif de l’apport de Descartes à la modernité. Avec la pensée organique, des liens se tissent entre philosophie, science et géographie. Le choix de cette ontologie vient de l’attention portée à la science par la formation scientifique et le statut d’ingénieur territorial. Ce choix est conforté par l’ensemble des liens possibles avec toutes les autres démarches citées ci-dessus, par l’unité de son approche, sa valeur pédagogique et son applicabilité à la géographie.

En géographie, il existe déjà une démarche exemplaire, qui est celle d’Augustin Berque. En première approche, les liens et les rapprochements avec la pensée organique sont nombreux [28]. Quelles sont les remises en cause de cette façon de penser ? Comment éviter de retomber dans la séparation des notions, la perte des relations entre tous les éléments ? Pour répondre à ces nouvelles questions, il est nécessaire d’approfondir le procès par lui-même, en puisant des exemples dans l’expérience.

Ici, l’ingénieur territorial a franchi les frontières d’autres domaines pour arriver au domaine de la philosophie et de l’articulation de la philosophie avec la géographie. Il est confronté à une approche nouvelle, le procès organique, qui correspond bien à sa pratique de terrain et qui est solidement fondé scientifiquement et philosophiquement, mais peu ou pas employé dans la réflexion sur la géographie actuelle.

5.G. Étape 6 : Approfondissement technique du procès organique appliqué à la géographie : une ontologie qui fonde la démarche géographique. (nov. 2004 à avril 2007).

Ce n’est que très progressivement que s’éclairera le lien entre ces réalités et les 5 phases de la concrescence organique. Ces réalités se révéleront de même nature ontologique que les phases de la concrescence « a », « b », « c », « d », « ab » étant le vecteur d’appréhension entre « a » et « b » (la démonstration est faite à l’étape 6). La pratique rejoint donc l’analyse de la pensée organique. Les termes des réalités sont fixés par la pratique, et se trouvent confirmés dans leur pertinence par l’analyse de l’expérience par Whitehead.

Cette prise de conscience étant faite, comment dès lors travailler à un langage commun pour approfondir cette notion de dynamique, et comment, surtout, réunir ces dynamiques dans une notion qui crée les liens entre elles, au lieu de les maintenir séparées ? L’exemple d’un Conseil Municipal où les trois dynamiques coexistent, voire se confrontent, permet d’entrer dans la compréhension de ces liens. Il s’agit d’une étape d’approfondissement technique du procès organique appliqué à la géographie, et du cheminement vers un procès whiteheadien de transformation des territoires. Voici le schéma du procès organique :

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.14.30

Figure 5‑11 : Schéma de l’étape 6: détail des phases du procès organique de transformation des territoires

Cette schématisation est la tentative de synthétiser un exposé technique du procès en puisant les exemples concrets dans l’expérience. La volonté est pédagogique. L’enjeu est d’expliquer le contenu des termes de dynamique et de processus, employés de façon surabondante, mais généralement sans explication. Proposer une explication oblige à dépasser la barrière de l’opacité de l’évidence (Lussault, Perec [29]). Elle montre l’ampleur de la remise en cause qu’impliquent les relations entre les 5 réalités d’expérience constitutives des dynamiques et des processus. Citons les trois principales questions formulées :

  • le rejet de la notion de substance inerte,
  • le rejet de la notion de perception limitée à la seule perception sensible,
  • le rejet de la notion de représentation : la carte n’est pas le territoire.

Cette étape est présentée dans les derniers chapitres de la partie II.

5.H. Étape 7 : Application géographique à la région « Entre Vosges et Ardennes » :.

C’est l’étape du retour à la géographie : le procès est une réponse philosophique à la question géographique . En quoi le procès peut-il contribuer à la géographie ? Le procès permet-il de fournir un langage commun à beaucoup de démarches urbanistiques et géographiques ?.Le but de la démarche a été de contribuer à la compréhension et à la mise en œuvre de la dynamique de transformation des territoires.

L’explication technique du procès organique rend possible une explication de plusieurs notions générales (espace, temps, …) et de plusieurs notions géographiques (territoire, lieu, paysage, …). Ce sont des notions géographiques qui ne se laissent pas diviser. Le procès organique permet également de rendre compte de plusieurs démarches géographiques existantes, et de mieux les situer les unes par rapport aux autres, pour mieux saisir leur contribution à la dynamique de transformation du territoire. Le procès apporte un éclairage nouveau sur les évolutions actuelles en urbanisme, à la suite de William Twitchett, de Patrice Braconnier, de Thierry Paquot, de Guy Di Méo, d’Augustin Berque, d’Eric Dardel, et des poètes (Julien Gracq [30]).

La démarche énoncée cherche son application dans les études régionales qui peuvent se dérouler selon les quatre phases du procès:

  • a/ L’(ap)préhension de la situation et des relations
  • b/ L’(ap)préhension des possibilités nouvelles, ou potentialités générales
  • c/ L’élaboration de propositions ou potentialités hybrides.
  • d/ La mise en œuvre de structures ou dispositifs de gouvernance ou potentialité réelle.

L’idée neuve est que les notions de potentialité et de valeur font partie intégrante de la démarche géographique, appuyée sur l’expérience. L’ingénieur territorial trouve un fondement scientifique à l’approche de la dynamique de transformation des territoires. L’architecte-Urbaniste trouve un lien fort et incontournable entre ses propositions d’aménagement et la prospective d’un côté, et la géographie d’analyse spatiale de l’autre. Le géographe trouve un fondement à la fois scientifique et ontologique à sa discipline.

L’étude de la région émergente « Entre Vosges et Ardennes » nous servira d’application concrète.

Capture d’écran 2016-04-16 à 21.15.41

Figure 5‑12 : Schéma de l’étape 7: l’étude de la région « Entre Vosges et Ardennes »

Cette étape est développée dans toute la partie III.

5.I. Conclusion générale de la partie I

Le chapitre 5 est le récit de « comment s’est réellement passée la recherche » au sein du Groupe de Travail des ingénieurs généralistes du Grand-Est français, puis au niveau national. La conclusion générale ne diffère pas de la conclusion du chapitre 4. Il était toutefois indiqpensable de réaliser ce chapitre 5, car l’enjeu est la compréhension du passage du particulier au général. En effet, tout travail de généralisation à partir de l’expérience butte sur la transmission de l’expérience elle-même, pour faire passer l’idée générale. Ou l’explication se noie dans les détails sans transmettre le message d’ensemble, ou le message d’ensemble devient abstrait et « sans chair », rendant ainsi abstrait et sans âme ce qui est pourtant le fruit d’une expérience de terrain. La présente thèse a pris le risque de se placer à l’articulation de ces deux premiers pôles de l’expérience : les données de terrain et la généralisation de ces données.

Sans reprendre les conclusions de la partie 4, nous pouvons dire que nous observons une convergence de l’analyse de l’expérience autour des cinq réalités principales que sont les interactions, la vision (ou potentialités), les propositions (ou objectifs) et la réalisation (la mise en œuvre, le geste à poser).

C’est en partie II que nous développerons sur la base du même schéma, éventuellement modifié et complété par les recherches qui vont suivre [31], les travaux sur la structure de l’expérience de Whitehead, sur la base de ses références à Aristote, Descartes, Hume et Kant. Nous développerons les liens qui nous semblent assez étroits entre son approche expérientielle et l’œuvre d’Eric Dardel L’homme et la terre (il cite Whitehead page 54). Nous proposerons une réponse à la question de « la dichotomie du matériel et de l’idéel » de Guy Di Méo, et nous montrerons comment le procès organique whiteheadien approfondit l’analyse de l’expérience géographique et des territoires dans le prolongement des analyses de Rodrigo Vidal-Rojas. Les exemples seront puisés dans le « réservoir d’expérience » de la partie I. Nous verrons de quelle façon les travaux de Thierry Paquot, Michel Lussault, François Ascher, Guy Di Méo, Augustin Berque, William Twitchett contribuent à cette approche. Un tableau de déchiffrage de ce que nous proposerons d’appeler un urbanisme transmoderne récapitulera les travaux de la partie II.

____________________________________________________________
Notes :

[1] Directeur des Services Techniques de Pont-à-Mousson en 1998, et actuellement Directeur Technique de la Communauté de Communes de Pont-à-Mousson.
[2] Voir annexe 01 : Publication de 129 pages A3 avec plus de 35 plans de ville.
[3] Voir annexe 02 : Liste des 14 réunions ; CDROM du Congrès de Montbéliard élaboré avec le GRETA de Lunéville ; 25 études de cas, 30 000 pages de documents organisés suivant les 5 dynamiques.
[4] Voir annexe 03 : Etude de préfiguration de l’agglomération transfrontalière dans son intégralité.
[5] Voir annexe 04. : CR d’Angers et fiches de Perpignan.
[6] Voir annexe 05 : 5 fiches et intervention sur le « Génie territorial » au Congrès AIU de Genève en Octobre 2004
[7] Voir annexe 06 : Interventions aux Chromatiques whiteheadiennes (CW) de septembre 06 et Avril 07
[8] Voir annexe 07 : Intervention géographique au Congrès de l’AIU de septembre 2007 à Anvers.
[9] Solitude d’autant plus forte qu’à l’époque, Internet ne s’était pas encore généralisé.
[10] Cette Fondation a fait du territoire la brique de base de la gouvernance, avec une reconnaissance du ministère de l’Equipement pour cette démarche :
http://www.institut-gouvernance.org/fr/document/fiche-document-29.html
http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-5195.html
Voir en annexe n°2 le CDROM congrès de Montbéliard. Cliquer dans « Ateliers » ou « Dynamique » dans la rubrique « Tenir le cap », puis choisir dans la sous-rubrique « Les textes de référence » les éléments suivants :
F.001 Repenser les territoires de Claude BASTOUILL et de Pierre CALAME :
F0102 Voir page 13 du document du Ministère de l’Equipement suivant « Le territoire, Brique de base de la gouvernance »
[11] Michel Sauquet, L’intelligence de l’autre, prendre en compte les différences culturelles dans un monde à gérer en commun, Éditions ECLM, 2008, 207, 331 p.
[12] Travaux au sein de l’Association Internationale des Urbanistes, délégation française, en 1999-2000.
[13] Voir sur le site de l’UNADEL le référentiel de métier de l’agent de développement local : http://www.unadel.asso.fr/ puis chercher Accueil/Les articles/2. Métiers/La plate-forme « Métiers du développement territorial »
[14] http://www.opqu.org/, avec pour les urbanistes des Collectivités territoriales http://urbanistesdesterritoires.com/
Peuvent également être consultés les sites : www.cfdu.org et www.urbanistes.com
[15] http://www.aperau.org/presentation.html. On y lit à propos de la Charte de l’APERAU « Cette charte est actuellement considérée comme fixant les principes de base à respecter pour la formation des urbanistes par le CFDU et par l’Office de Qualification des Urbanistes (OPQU), avec lesquels l’APERAU entretient des relations étroites. ». Ceci est à rapprocher du travail de la Société Française des Urbanistes (SFU) sur son site http://www.urbanistes.com/homepage.php qui prétend, elle à l’antériorité sur tous les autres organismes en France (la SFU a été créé en 1919).
[16] Pierre Calame, depuis L’Etat au cœur, Le Meccano de la gouvernance, DDB, 1997 à La démocratie en miettes. Pour une révolution de la gouvernance, ECLM, Descartes & Cie, 2003. Voir le site http://www.pierre-calame.fr, http://www.fph.ch/fr et la base d’échange d’expérience http://www.ritimo.org/B/b5_bdd_dph.html.
[17] Sur la base de la thèse de William Twitchett, élaborée avec Paul Claval et soutenue en 1995.
[18] Pour obtenir les 14 Compte rendus, cliquez sur « Ouvrez-moi ». A la page d’éditorial, cliquer sur « Entrer » en bas à droite. Sur la page d’accueil qui apparaît, les 14 compte-rendu s’obtiennent en cliquant en bas à gauche sur « Conception : GT Génaraliste Est ». On obtient les 25 comptes rendus d’échange d’expérience, les 5 réalités de la dynamique et le tableau des ateliers en cliquent sur les ronds jaunes correspondants, ainsi qu’environ 30 000 pages de documents.
[19] Voir page 54 le récit de la prise de conscience au cours d’un entretien avec Léonard Aronica, lors d’un atelier de HFC
[20] Congrès de la section Grand-Est de AITF, tenu les 12 et 13 octobre 2001 à Audincourt, Commune de Montbéliard.
[21] Michel Sauquet, L’intelligence de l’autre, prendre en compte les différences culturelles dans un monde à gérer en commun, Éditions ECLM, 2008, 207, 331 p.
[22] Régis Debray, 1981, p.147.
[23] http://www.d-p-h.info/spip.php?article3.
En 2007, ce site de ressources valorise aujourd’hui une base de données d‘« expériences » composée d’environ 7000 fiches, articles courts qui relatent des expériences, des analyses, des lectures. Il propose aussi une vingtaine de dossiers.
L’idée de la base de données d’expériences dph est née en 1986, avec pour ambition de relier des individus et des groupes travaillant à la construction d’un monde solidaire et responsable. En mettant au service de chacun une mémoire et une réflexion issues du terrain de l’expérience, ce site ressources souhaite valoriser les analyses et les expériences par une recherche facile et des résultats utiles à l’action citoyenne.
dph est né d’une initiative de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme (FPH) qui a toujours milité en faveur d’un équilibre entre action et réflexion.
[24] Les fiches sont consultables à l’adresse suivante : http://www.aitf.asso.fr/groupe/index.php?frm_id_instance=36
[25] Whitehead dit individuelle. Nous préférons ici le terme personnelle en se référant à la notion de personne, au sens d’Emmanuel Mounier. Cette notion récapitule toutes les facettes du terme composé d’« individu-personne-sujet-acteur-agent » utilisée par les géographes. L’analyse est présentée en partie II, chapitre 11.
[26] Ce point est détaillé dans le texte complémentaire joint en annexe00 à l’adresse suivante : 00_Annexes\Annexe00_Textes-Complementaires\01-PartieI_Chap5-ExpérienceAITF-7etapes.doc
[27] Ce point est approfondi au début de la partie II
[28] Voir Partie II, Chapitre 8.D.1. pp.258-261
[29] Ainsi que cela a déjà été mentionné, Michel Lussault, en introduction de L’homme spatial, faisait référence à Georges Pérec pour constater la difficulté à expliquer les mots qui paraissent « évidents », mais en fait révèlent une « certaine opacité ». Dynamique, processus et appréhension font partie de ces mots. Nicholas Rescher et Maurice Merleau-Ponty ont exprimé ce fait à leur façon (voir note n°15 page 11).
[30] Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, roman (1951) : prix Goncourt, refusé par l’auteur ; Lettrines I, « cahiers » (1967) ; Lettrines II, « cahiers » (1974).
[31] Voir les premiers éléments d’approfondissement par aller et retour entre la partie II et le schéma de questionnement dans le texte complémentaire intitulé 01-PartieI_Chap1-ApprofondissementSchémaQuestionnement.doc à l’adresse suivante :
Annexes\Annexe00_Textes-Complementaires\01-PartieI_Chap1-ApprofondissementSchémaQuestionnement.doc